• Gilles-William Goldnadel réagit à l’agression dont a été victime Éric Zemmour

    Gilles-William Goldnadel : « L’agresseur d’Éric Zemmour a un sentiment total d’impunité »



    Au micro de Boulevard Voltaire, Maître Gilles-William Goldnadel réagit à l’agression (insultes, crachat) dont a été victime Éric Zemmour, ce 30 avril, en pleine rue, agression diffusée sur le réseau social Snapchat et relayée sur Twitter.
    Il dénonce l’absence de réaction de la plupart des médias et de Christophe Castaner, et le sentiment d’impunité de « la racaille ».



    Une vidéo tirée du réseau social Snapchat est sortie, hier, sur Twitter. On y voit une personne poursuivre, insulter et d’après ses mots avoir craché sur Éric Zemmour. Cette agression passe pour l’instant relativement inaperçue. Que vous a inspiré cette vidéo ?

    Cette vidéo m’inspire tout un tas de réflexions que je vous donne peut-être dans le désordre. Premièrement, les faits sont complètement avérés.
    L’agresseur lui-même s’en vante glorieusement sur les réseaux sociaux.
    Cela montre à quel point il a conscience de jouir d’un sentiment total d’impunité.
    Ce sentiment s’appuie rationnellement sur les dégradations de M. Castaner qui étaient totalement dans la culture de l’excuse.
    Je ne le savais d’ailleurs pas aussi cultivé…
    Il expliquait que les petits gars dans les banlieues ne supportaient pas le confinement et la misère. Toutes les excuses à deux balles, pardon pour l’expression triviale, qu’on balance depuis trente ans sont l’ingrédient le plus sûr pour fabriquer des cocktails Molotov intellectuels et, si j’ose, dire matériels.
    Deuxièmement, j’ai publié hier, sous le propre tweet de Christophe Castaner, avec une sévérité exemplaire, un commentaire qui disait que s’il pensait que n’importe qui ne peut être injurié, pas même un délinquant clandestin irrégulier, on peut imaginer aussi qu’un journaliste français n’a pas à être injurié en période dangereuse.
    Je peux vous dire qu’au moment où nous parlons, M. Castaner ne s’est fendu d’aucun communiqué pour réprouver ce qui s’est passé.
    Je rends hommage à son culte du premier mai, mais il me semble tout de même que ces événements auraient dû requérir de sa part une déclaration immédiate.
    Il ne doit pas être extrêmement difficile pour nos limiers d’aller rechercher celui qui s’est vanté sur la Toile.

    Hormis Valeurs actuellesSputnik et Boulevard Voltaire, on a l’impression qu’aucun média ne s’est fait écho de cette agression, alors que si elle avait concerné Jean-Michel Aphatie ou Christophe Barbier, cela aurait fait les gros titres.

    Cela dédouane nos journalistes français de l’incrimination du corporatisme.
    En réalité, ces gens-là ont la compassion ou la solidarité à la carte.
    S’agissant d’Éric Zemmour, mon imagination est impuissante à décrire ce qu’il faudrait lui faire pour pouvoir obtenir de ses confrères la moindre réaction sinon de solidarité.
    Je ne réclame même pas cela.
    Cela ne les aurait en rien engagés dans une collusion intellectuelle avec Éric Zemmour de dire qu’ils réprouvaient ces moyens.
    Ils ne l’ont pas fait.
    Troisièmement, à plusieurs reprises, l’agresseur lui dit « va niquer ta mère ».
    Cette incrimination est assez souvent usitée par la racaille.

    Je me demande si cette obsession sexuelle de vouloir faire l’amour avec sa mère ne trahit pas, réellement, un complexe d’Œdipe mal dirigé, qui augure mal d’une sexualité très épanouie.
     
    G.-W. Goldnadel

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :