• DOCUMENTAIRE SOCIETE

    Les scandales du sport : l'affaire OM-VA

    Toute L'Histoire

    Bernard Tapie et la corruption du match !

    Les scandales du sport : l'affaire OM-VA - Toute L'Histoire Le journaliste sportif et directeur des sports de Radio France Jacques Vendroux revient sur les grandes affaires qui ont ébranlé le sport français depuis les années 90. Après l'affaire de la caisse noire du Sporting Club de Toulon dans le premier numéro, retour sur l'affaire qui reste à ce jour le scandale le plus retentissant du football français : l'affaire OM/VA. Enfin, dans le domaine du cyclisme, retour sur l'affaire Festina, dont les répercussions se font encore sentir aujourd'hui.

    Corruption, triche et dopage étaient très largement répandus à l'OM au début des années 1990, révèle un de ses joueurs de l'époque, Jean-Jacques Eydelie,dans un entretien à L'Equipe magazine de samedi, avant un livre à paraître le 1er mars.

    Le milieu de terrain condamné en 1995 dans l'affaire de corruption OM-Valenciennes revient notamment sur son rôle dans ce match arrangé du 20 mai 1993. Il explique avoir pris contact avec des joueurs de VA (Christophe Robert, Jorge Burruchaga et Jacques Glassmann) avec la promesse d'obtenir de la part de Marseille, en retour, un "nouveau contrat" de "cinq ans à 250 000 francs (38 000 euros) par mois".

    Mais selon lui, il s'agissait d'un véritable système : "Pour les dirigeants de l'OM, tricher était devenu une seconde nature. Il fallait que les choses leur échappent le moins possible. Pendant des années, quasiment tous les joueurs qui venaient à l'OM avaient participé à des arrangements de match". S'il cite très peu de noms, il précise que"nous étions tous sollicités à un moment ou à un autre pour passer un coup de fil à un ancien coéquipier ou à un copain pour s''arranger'".

    "Tous les joueurs de l'OM savaient, certains ont même participé à des 'arrangements'. En la fermant, j'ai respecté leur carrière. Certains se sont constitués de très, très beaux palmarès. Ces titres, ils les ont mérités sur le terrain, mais en dehors...", poursuit Jean-Jacques Eydelie. Lui, depuis ses dix-sept jours de prison, sa longue suspension et sa condamnation à un an de prison avec sursis, n'a jamais pu renouer avec le football de haut niveau. Il a été licencié de son dernier emploi de magasinier-livreur en avril, écrit L'Equipe, et vit depuis du RMI et des allocations familiales, avec sa femme et ses cinq enfants. Il dit son amertume que ses amis et coéquipiers de l'époque, Marcel Desailly ou Didier Deschamps, ne l'aient jamais soutenu.

    Conseil aux parents : grondez toujours vos enfants s'ils sont honnêtes. "Si tu es malhonnête, tu gagneras de l'argent, tu seras soutenu par le pouvoir et tu seras populaire ; au pire, la justice te condamnera à une peine symbolique." "Si tu es honnête, tu finiras au chômage ou à faire des petits boulots et personne ne n'aimera ni te soutiendra."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :