• Dans Histoire

     HISTOIRE 

    LE GÉNOCIDE DES COSAQUES DU DON, DU TEREK ET DU KOUBAN.

    La politique bolchevique d'élimination systématique des Cosaques en tant que groupe social et ethnique est un fait méconnu en France. Evidemment, puisqu'il ne "colle" pas avec la version manipulée de l'histoire du communisme dont les gros médias et les historiens marxistes ou néo-marxistes nous abreuvent.
    Les mesures répressives imposées par les Soviétiques durant la « décosaquisation » des années 1919-1923 sont pourtant de nature génocidaire.
    Les premières mesures de déportation forcée des Cosaques ont été prises dès 1919, à l'initiative de Lénine. Ces mesures sont destinées à anéantir les Cosaques du Don, du Terek et du Kouban en tant que groupe social : le 24 janvier 1919, le Comité central du parti bolchevique décide de pratiquer « une terreur massive contre les riches Cosaques, qui devront être exterminés et physiquement liquidés jusqu’au dernier ».
    Des villages entiers sont brûlés, des massacres sont commis par l'armée rouge de Trotski et les survivants déportés. La Tchéka institue des troïki, tribunaux spéciaux chargés de la « décosaquisation », qui condamnent à mort plusieurs dizaines de milliers de Cosaques.
    Légendes des photos :
    1-Charnier de victimes cosaques découvert en 1942 par l'armée allemande dans la péninsule du Kouban
    2-Famille de Cosaques du Kouban au début du XXe siècle
    3-Le tsar Nicolas II et les hommes de la famille impériale revêtus de l'uniforme cosaque
    4-Groupe de cavaliers cosaques du Don.

    Aucune description de photo disponible.
    L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout
    L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout
    L’image contient peut-être : une personne ou plus

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :