• Le Parti de la France demande à Emmanuel Macron de retirer son projet de réforme des retraites

    Attaché à la cohésion nationale et aux libertés des Français de travailler, de se déplacer et de bénéficier des services publics, le Parti de la France condamne avec force les grèves et blocages organisés par des syndicats politiques d'extrême-gauche uniquement soucieux de leurs intérêts catégoriels et animés par l'idéologie toujours présente de la lutte des classes.

    Pour autant, cette réforme voulue par le Président de la République - réforme inéquitable, hasardeuse, incertaine et inutilement aventureuse - doit être rejetée en bloc par le peuple français. Sa mise en œuvre telle que présentée ce mercredi midi devant le Conseil économique social et environnemental par le Premier ministre se traduirait, en effet, par des mesures injustes, gravement pénalisantes pour des millions de nos compatriotes et coûteuses pour les finances de l’État en raison du report aux calendes grecques d'un plan paramétrique visant à l'équilibre des caisses de retraites et en laissant au bon vouloir des syndicats — la « nouvelle gouvernance » destinée à tenter de séduire la CFDT — le soin d'en fixer une hypothétique trajectoire.

    Le Parti de la France appelle en conséquence l'ensemble des forces politiques de réelle opposition à se mobiliser, et soutiendra toute initiative civique non-paralysante pour le pays susceptible de contrer cette réforme anti-sociale, mal conduite et mal engagée.

    Nous demandons à Emmanuel Macron de retirer immédiatement ce projet et de soumettre à référendum, comme le permet la loi constitutionnelle du 4 août 1995, la question de l'avenir et de l'architecture générale du système français des retraites.

    Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France


    votre commentaire
  • « Français, la soumission de vos universités à l’anglais désespère les amis de la France ! »

    L’universitaire québécois Yves Gingras juge que l’enseignement supérieur français manifeste une fascination ridicule pour l’anglais, qu’il tient pour la langue des vainqueurs.

    Québécois, professeur invité en France chaque année depuis dix-huit ans dans différentes institutions d’enseignement supérieur, j’ai observé avec consternation au cours de cette période, une accélération de la soumission tranquille du monde universitaire, intellectuel et éditorial au nouvel impérialisme linguistique de la langue anglaise. Celle-ci s’impose d’autant plus facilement que ceux qui l’adoptent au nom d’une «internationalisation» ou d’une «globalisation» mal comprises, croient naïvement que cela leur permettra de conserver leur empire intellectuel pourtant révolu. En fait, cette anglicisation rampante est surtout le signe d’un déclin marqué des intellectuels français qui pensent ralentir ou même renverser leur marginalisation en adoptant la langue dominante à laquelle ils ont si longtemps résisté

    (…) Le Figaro via fdesouche


    votre commentaire
  • Toulouse : volées par dizaines, les motos alimentaient un trafic de pièces détachées… au Ghana

    Les statistiques commençaient à devenir alarmantes. En l’espace d’un an, entre octobre 2018 et octobre 2019, les vols de moto avaient bondi de 45 % à Toulouse ! Une situation suffisamment préoccupante pour susciter l’intérêt des enquêteurs de la Sûreté départementale. Leurs investigations viennent de permettre l’incarcération de trois personnes, receleurs supposés d’un vaste réseau international.

    […]

    Trois Ghanéens de 23, 32 et 37 ans ont été écroués

    […]

    Lire la suite : Actu Toulouse via fdesouche


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Insultes, violences, velléités de censure : quand certains policiers et élus s’en prennent à la presse


    Les intimidations se multiplient contre les journalistes qui filment, photographient ou documentent les violences policières lors des manifestations.
    Déjà, après Mai 68, des syndicats policiers demandaient de « museler certaines radios insidieuses ».
     
    Une petite musique anti-journalistes se répand de la part de certains élus et organisations syndicales de policiers.
    Le 7 décembre, Le Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP), affilié à la CFE-CGC, a nommément ciblé cinq journalistes comme étant « les principaux acteurs » d’un « combat anti police nationale », les qualifiant d’ « imposteur », de « menteur » ou de « haineux ».

    Ces journalistes sont David Dufresne, qui a documenté les violences policières depuis le début du mouvement des gilets jaunes, en particulier le nombre de blessures graves (éborgnement, mains arrachées, matraquages) liées à l’utilisation de certaines armes, avec « Allô place Beauvau » publié par Mediapart ;
    Taha Bouhafs, un jeune journaliste qui suit les mouvements sociaux pour le site Là-bas si j’y suis, et dont le téléphone avait été saisi par des policiers en juin alors qu’il réalisait un reportage sur les postiers sans-papiers en grève d’Alfortville (Val-de-Marne).
    Il a fallu une décision de justice pour que son outil de travail lui soit rendu quatre mois plus tard ; Gaspard Glanz, dont la petite agence Taranis News s’est spécialisée dans les vidéos de manifestations et d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.
    Gaspard Glanz a été blessé par une grenade de désencerclement lors de la manifestation du 5 décembre contre la réforme des retraites.
    Alexis Poulin, chroniqueur pour plusieurs médias audiovisuels, ainsi qu’un compte anonymisé d’un « street reporter ».

    La police contre la presse, déjà en mai-juin 1968
    Un autre syndicat affilié à la CFE-CGC, Synergie officiers, multiplie également les tweets dénonçant ces journalistes, qualifiés d’« activistes radicaux », de « révolutionnaires salonnards » ou de « privilégiés », attisant « la haine et la violence contre les policiers ».
    « J’hésite entre rire jaune et l’inquiétude », réagit David Dufresne.
    « Désigner à la vindicte cinq personnes qui seraient anti-flics est un discours hyper-vendeur du point de vue policier. C’est, aussi, clairement, une forme d’intimidation, et la reconnaissance du travail fourni, un travail qui les gêne. »
    Ces tensions entre police et journalistes ne sont pas nouvelles.
    Elles se réactivent à chaque fois que le climat social se tend, que des mouvements de contestation apparaissent, et que les opérations de maintien de l’ordre et les heurts avec les manifestants se font plus violents.
    Déjà en mai-juin 1968 et lors des années agitées qui suivent les grandes grèves, des syndicats catégoriels de policiers dénoncent, « une minorité d’individus indignes arrivistes et stupides parés de titres universitaires, ou se disant professeurs et journalistes », ou « la calomnie payée à la ligne aux rédacteurs » dont « le salaire est proportionné à la grosseur de l’insulte ».
    Le Syndicat indépendant de la Police nationale (SIPN), classé à droite à l’époque, appelle alors même le gouvernement à « museler certaines radios insidieuses » – celles qui ne dépendent pas alors de l’ORTF, l’Office de radiodiffusion-télévision française, établissement public qui se faisait souvent le relai du pouvoir gaulliste.

    La journée noire du 5 décembre 2019 : 24 journalistes blessés
    Une affaire demeure emblématique de ces tensions.
    En mai 1971, un journaliste du Nouvel Observateur, le chroniqueur scientifique Alain Jaubert, se fait insulter et tabasser en tant que journaliste par des policiers alors qu’il accompagne un manifestant blessé, à Paris.
    Le journaliste est placé en garde à vue et inculpé pour insultes, rébellion, coups et blessures à agents. En réponse, un manifeste « Nous portons plainte contre la police » recueille des signatures de journalistes et de personnalités.
      
     
    Le collectif Reporters en colère a recensé 24 reporters blessés lors de la mobilisation du 5 décembre / DR
    Un demi-siècle plus tard, les journalistes sont de plus en plus nombreux à être ciblés, délibérément ou non, par les forces de l’ordre.
    Rien que pendant la journée de manifestations du 5 décembre, le collectif Reporters en colère a recensé 24 reporters blessés (des indépendants, et des membres des rédactions de Ouest France, France bleu, du Média TV, BFM, d’une agence de presse turque) dans plusieurs villes.
    Le collectif a été créé à l’automne suite aux nombreux cas de violences ou d’intimidations de journalistes par les forces de l’ordre depuis le début du mouvement des gilets jaunes.
    Il lutte aussi contre la précarité des journalistes [1].

    Une loi pour censurer les informations sur les violences policières ?
    « Nous condamnons fermement ces violences qui constituent des atteintes à la liberté d’informer, un droit fondamental dans toute démocratie. Nous apportons notre soutien à ces femmes et ces hommes qui ont été blessé-es en faisant leur métier : informer », a réagi le collectif suite à la « journée noire » du 5 décembre.
    Doit-on y voir les conséquences concrètes de la hargne verbale qui se multiplie sur les réseaux sociaux de la part de certains syndicalistes policiers ?
    Autre conséquence : s’il ne s’agit plus, comme en 1968, de « museler certaines radios insidieuses », ce sont les sites d’information sur Internet qui sont aujourd’hui ciblés.

    Un sénateur LR, Jean-Pierre Grand, propose de punir, voire d’interdire, « la diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, de l’image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires ou d’agents des douanes » [2].
    Pour l’instant, seuls les agents d’unités spéciales anti-terroristes (GIGN, Raid..) disposent d’un droit à l’anonymat.
    Le sénateur a déposé plusieurs amendements en ce sens dans le cadre de la proposition de loi de « lutte contre la haine » sur Internet.
    Si cet amendement est pris en compte et adopté, filmer, photographier et documenter d’éventuelles violences policières et abus de pouvoir des forces de l’ordre deviendra un délit.
    La loi sera discutée en séance publique le 17 décembre.

    Ivan du Roy

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires