• Zemmour nous a heureusement rappelé que le monde musulman ne sait même pas ce qu’est la philosophie…


    votre commentaire
  • Slovaquie : à l’approche des élections, un parti d’extrême-droite prônant l’expulsion des Roms fait un carton chez les jeunes

    fdesouche

    À l’approche des élections législatives du 29 février, le Parti populaire-Notre Slovaquie (LSNS) de Marian Kotleba profite du marasme politique pour gagner la confiance d’un nombre croissant d’électeurs désabusés.

    (…) Courrier international

    (…) Avec 10,4 % des voix, selon un sondage, ce parti (…) ne se contente pas de concurrencer les deux principaux partis (donnés à 17%), il semble également faire un carton parmi les jeunes.

    Un cinquième des 18-33 ans sont prêts à soutenir ce parti d’extrême-droite qui prône l’expulsion de la minorité rom, selon l’enquête.

    Pour le politologue Radoslav Stefancik, de l’Université d’économie de Bratislava, ces chiffres montrent l’importance du vote de protestation.

    « Les jeunes votent pour le LSNS parce qu’ils veulent être différents de leurs parents », a-t-il déclaré au BIRN. « Pour eux, le parti représente un nouveau type de politique et des politiciens qui ont le courage de dire les choses en faisant la sourde oreille au politiquement correct ».

    Notant que la rébellion des jeunes est naturelle dans toute société, Stefancik a ajouté : « Les jeunes ont une plus grande tolérance pour les solutions radicales ».

    (…) Lors des élections générales de mars 2016, (…) le parti LSNS a obtenu 14 sièges au sein du Conseil national, l’organe législatif de la Slovaquie, qui compte 150 membres. Kotleba lui-même a récolté un peu plus de 156.000 votes.

    (…) Environ 70 % des votes du LSNS ont été exprimés par des personnes âgées entre 18 et 39 ans.

    (…) Balkan Insight


    votre commentaire
  • Pourquoi viennent-ils tous se faire démolir par Zemmour ?


    Avec un Z comme Zorro, Éric Zemmour est devenu, en quelques mois, le Cassius Clay du débat télévisé : les challengers se succèdent et se fracassent les uns après les autres. Cette semaine, ce sont trois vaincus par KO qui se sont suivis, tous des soutiens du pouvoir.

    Emmanuelle Wargon a tenté de défendre la politique énergétique du gouvernement, modèle typique du « en même temps » qui ne marche pas : en quelques minutes, on a compris que les éoliennes sont un gadget pour complaire aux écolos et que rien ne justifie le retrait du nucléaire, même à pas mesuré, car c’est la seule énergie qui peut pallier les émanations de gaz à effet de serre. La secrétaire d’État à l’Écologie s’est vite retrouvée dans ses petits souliers, embrouillée, a minaudé des éléments de langage : elle a sombré corps et biens.

    Mounir Mahjoubi a aligné les belles phrases et mots creux pour définir le macronisme : un monde nouveau pour une politique réaliste, l’insertion de tous par le travail, l’égalité des chances, bla-bla bla-bla-bla… Zemmour lui a juste envoyé que le macronisme était le dernier avatar de l’ancien monde en voie de disparition, celui du mondialisme. Et qu’il était l’illustration parfaite de la bourgeoisie postmoderne qui porte cela, envers et contre le reste du peuple. Mahjoubi s’est forcé à garder jusqu’au bout son sourire béat, mais il a encaissé et cela s’est vu.

    La palme de la déconfiture revint à Jack Lang, qui refusa carrément le débat, monta sur ses grands chevaux, traitant Zemmour d’obscurantiste fermé et rabougri : on a rarement vu Lang aussi outré, outrancier, vexé de la raclée qu’il n’a pu éviter. Eh oui, la splendeur du courtisan Lang, à la cour du roi Mitterrand, est passée depuis longtemps. Il faut dire qu’ériger la langue arabe comme langue de France, c’est fort de café… Expliquer que son institut n’est pas financé par les monarchies du Golfe, il faut déployer une bonne dose de mauvaise foi… Comme il ne pouvait nier l’évidence, il s’est réfugié dans une posture de vierge effarouchée, de seigneur et d’homme de savoir et d’ouverture confronté au mal, blessé dans son orgueil et sa probité…

    Mais pourquoi donc viennent-ils tous se faire pulvériser, en toute connaissance de cause ? N’ont-ils donc pas compris que Zemmour combat avec des arguments savamment travaillés et que la moraline bien-pensante ne fera pas le poids ? Au début, ils étaient peu nombreux à vouloir l’affronter, se drapant dans les habits de la blanche colombe qui ne veut pas recevoir les postillons du crapaud. Maintenant, c’est la bousculade autour du ring de CNews. Car voilà, les audiences de « Face à l’info » sont considérables – autour de 300.000 téléspectateurs tous les soirs. À ce compte-là, même une bonne déculottée assure un coup de projecteur, pour le livre de Lang par exemple. Et puis, ne se retrouve pas face à Zemmour qui veut : pour Mahjoubi, un peu sur la touche depuis son échec à la candidature à Paris, c’est un rappel au bon souvenir du public, comme du pouvoir. Voilà à quoi en sont réduits les suppôts d’une idéologie encore dominante malgré ses contradictions et ses contre-vérités : jouer au faire-valoir de Zemmour pour exister encore politiquement et médiatiquement.

    Olivier Piacentini

    Source : http://bvoltaire.fr


    votre commentaire
  • Boxe : Victime d’insultes et de menaces de mort, la famille Grau a répondu sur le ring

    Enzo Grau (Boxe 85) a décroché le titre de champion de France seniors en moins de 60 kg, samedi à Levallois-Perret, dans un climat très hostile… Avec sa famille, le Sablais a été victime d’insultes et de menaces. Son père, qui est aussi son entraîneur, témoigne sur ce qu’ils ont vécu dans les Hauts-de-Seine : « On lui criait ’’on va avoir ta peau, tu vas mourir !’’ »

    « On a senti un climat malsain là-bas, lâche l’entraîneur sablais. Ils ont voulu modifier la programmation du match d’Enzo (le passer du troisième au dernier combat), c’était soi-disant pour m’arranger… Mais j’ai refusé car je pense que sinon on ne serait pas sorti de la salle. » La tournure des événements va donner raison au père de famille.

    Au moment de monter sur le ring, Enzo Grau a été insulté et menacé par les « supporters » de son adversaire, Ishaq Bentchakal (BAM L’Héritage). « On lui criait ’’on va avoir ta peau, tu vas mourir !’’ », révèle son papa. Ce climat hostile a ajouté de la pression au Vendéen, mais il est resté maître de ses émotions. « J’ai pensé à des grands champions qui arrivent à évoluer à l’extérieur », glisse le médaillé d’or au Mondial militaire 2019.

    (…) Ouest-France

    […]
    Ses supporters ont protesté de manière agressive. Certains, le visage dissimulé par des cagoules, descendant du balcon pour se retrouver sur le parterre.

    Des mouvements de foule se sont produits, le service de sécurité est intervenu, mais aucune bagarre n’a éclaté, Grau étant venu sans supporters. Après un quart d’heure d’interruption, les finales ont repris, la centaine de supporters de Bentchakal ayant quitté la salle.
    […]

    L’Equipe via fdesouche


    votre commentaire
  • “Le froid a cassé ma vie”

    image
     Yann Thompson #LesMalChauffés : chez Fabienne, la survie dans un appartement à 9 °C
    Pour nous recevoir, elle a eu ce geste : allumer le chauffage, en plein jour.

    A 61 ans, Fabienne Delquignie vit dans un appartement glacial de Corrèze.
    D'ordinaire, cette sexagénaire n'enclenche son maigre radiateur à bain d'huile qu'en soirée.
    Ce matin de janvier, il fait 2 °C dehors et 9 °C chez elle.
    Près du chauffage, on atteint 10 °C.  
    "Ça va, non, 10 °C ?", lance-t-elle. La scène parle pourtant d'elle-même : chacun a gardé son manteau, son bonnet et ses chaussures.
    Comme Fabienne, de nombreux Français modestes peinent à chauffer leur logement.
    L'an dernier, ils étaient près de 7 millions à être victimes de précarité énergétique, consacrant plus de 8% de leur budget aux factures d'énergie, selon l'Observatoire national de la précarité énergétique. Derrière ces chiffres, il y a des vies ralenties, voire brisées par le froid.
    Des vies souvent invisibles, que franceinfo a choisi de mettre en lumière dans l'opération #LesMalChauffés.

    Dans cet article, Fabienne raconte comment le froid a "foutu en l'air" sa santé.
     
    image  

    Avant d'arriver à Uzerche, Fabienne a vécu dans de nombreuses régions de France. Elle était interprète et traductrice.
    Le point commun entre moi, mon chat Duke et mon chien Foxtrot'h ?
    On est rongés par le froid et l'humidité.
    Cela fait six ans que j'habite dans un HLM de 45 m².
    Au début, je n'y étais pas en permanence – je donnais des cours de langue à droite et à gauche, j'étais active.
    Puis, en y passant plus de temps, les premières douleurs aux mains sont arrivées.
    Mon médecin m'a envoyée faire des radios : j'étais pleine d'arthrose et d'ostéoporose, à un niveau anormal pour mon âge.
    Mes bêtes ont commencé à courir sur trois pattes.
    Là aussi, mon vétérinaire a constaté qu'elles étaient remplies d'arthrose.
    Elles n'avaient alors que 6 ans – c'est rare d'en souffrir si jeune.

     image
    L'himalayen de Fabienne doit compléter son alimentation avec des comprimés contre l'arthrose.
    J'habite un bâtiment de la fin du XVe siècle, qui est, pour la petite histoire, classé Monument historique.
    Au quotidien, il n'y a jamais de soleil et il y a beaucoup d'humidité : je suis exposée plein nord et une rivière se trouve à quelques dizaines de mètres en contrebas.
    Cette humidité me donne des maux de tête et contribue à mon insuffisance respiratoire.
    Bref, ma santé est foutue.
    image  
    L'appartement de Fabienne est situé au premier étage. Sept de ses huit volets restent clos en permanence.
    Pour essayer d'améliorer l'isolation, l'année dernière, j'ai condamné une fenêtre de mon salon en fermant les volets et en plaçant un placard devant.
    Je n'ouvre pas non plus dans ma cuisine, ni dans ma chambre.
    Il ne me reste qu'une fenêtre, dans le salon.
    Et encore, j'ai fermé un des deux volets et la vitre est couverte d'un film de survitrage thermique.
    Avec tout ça, j'ai très peu de lumière du jour.
    Cette vie sous éclairage artificiel est angoissante.
    Et me fait souffrir d'un gros déficit de vitamine D.
    image  
    Pour lutter contre le froid venant des escaliers, Fabienne a tenté de calfeutrer son entrée.
    Mais ce n'est pas tout.
    Sur la porte d'entrée et sur la porte du couloir, j'ai scotché plusieurs couches de rideaux isolants et de couvertures de survie.
    C'est moche mais ça a le mérite de me protéger des courants d'air et du bruit des escaliers.  

    Le seul radiateur de la pièce à vivre, au second plan, reste éteint en permanence.
    Mes radiateurs, je ne m'en sers pas : je n'en ai pas les moyens.
    J'ai bien essayé celui du salon, un petit convecteur électrique bas de gamme, dont le plastique jaunit quand je l'allume.
    Il fonctionne mais il est trop loin de mon canapé pour me tenir chaud.
    J'ai donc acheté un radiateur à bain d'huile, que je garde près du canapé.
    Je ne peux pas me permettre d'en utiliser un deuxième. Pourtant, je meurs de froid.
    Après les APL, je paie 92 euros de loyer mensuel.
    Mes factures EDF sont de 49 euros par mois.
    Ce n'est pas énorme mais je dois éviter les écarts, car je ne vis qu'avec une pension d'invalidité de 705 euros mensuels.
    Et je dois garder de quoi acheter les cachets contre l'arthrose pour mes animaux, qui me coûtent 70 euros par mois.
    image  

    Ces deux bacs contiennent des sels minéraux dans leur partie supérieure. Les sels absorbent l'humidité et la rejettent sous forme d'eau dans le récipient.
    Mes problèmes de logement entraînent d'autres frais, comme l'achat de recharges pour mes trois bacs absorbeurs d'humidité.
    J'en ai pour 15 ou 20 euros par mois, été comme hiver.
    Ils se remplissent très vite en eau, c'est impressionnant.
    Et c'est indispensable, pour ne pas que cette eau finisse dans mes poumons.
    Je me soigne avec des méthodes naturelles.
    Tous les matins, je sors cueillir des orties, en bas de chez moi.
    J'en fais des décoctions en 12 minutes au micro-ondes (je n'ai pas de plaques chauffantes) et je bois ça toute la journée.
    C'est génial contre l'arthrose.
    image  
    "Parfois, quand je sors de chez moi, je me rends compte que je me suis trop couverte et qu'il fait meilleur dehors."
    Le froid a cassé ma vie. Je perds mes journées.
    Je reste au lit beaucoup plus longtemps qu'avant, à jouer au Scrabble sur mon ordinateur ou à regarder les infos.
    Heureusement que je dois me lever pour sortir Foxtrot'h.
     Parfois, on prend la voiture pour une grande sortie aux champignons.
    Quand on rentre, il fait tellement froid que je me rallonge sur le canapé, avec mes couvertures et mes animaux.
    Sans eux, je ne sais pas ce que je ferais…
    Ils me tiennent en vie contre les idées noires qui m'habitent.
    image  
    "Foxtrot'h adore que je lui montre des vidéos animalières."
    De temps en temps, je m'occupe de personnes âgées ou d'animaux, ou je garde des maisons.
    Cela me permet d'être au chaud et de gagner 10 euros par jour.
    Sinon, je reste seule, chez moi.
    Le froid a beaucoup d'impact sur la vie sociale.
    Je suis devenue sauvage, peureuse.
    Moi qui étais patiente, j'ai tendance à très mal réagir.
    J'ai perdu confiance en moi. Avec un logement comme ça, je n'ose pas inviter de gens chez moi.
    image  

    "Des gens me disent que je ne suis plus pareille qu’avant. Là, c'était juste après mon arrivée à Uzerche."
    Quand des amies venaient me voir, elles gardaient leur doudoune sur elles…
    J'aimerais redevenir comme avant, avec ma personnalité gaie.
    J'espère que mon témoignage touchera quelqu'un qui voudra me proposer un autre logement.
    Mon bailleur m'a déjà fait des propositions mais c'est du chauffage collectif.
    Je veux du chauffage individuel, pour maîtriser mes factures et éviter des charges trop lourdes.
    Si j'avais plus de revenus, je pourrais trouver un logement plus au sud, vers Brive, où il fait plus chaud.
    La misère est moins pénible au soleil.
    image  

    La résidence de Fabienne se situe dans le cœur historique d'Uzerche, à proximité de l'abbatiale dont le clocher découpe la ligne d'horizon.

    francetvinfo 


    Si vous avez besoin d'aide, si vous êtes inquiet ou si vous êtes confronté au suicide d'un membre de votre entourage, il existe des services d'écoute anonymes. La ligne Suicide écoute est joignable 24h/24 et 7j/7 au 01 45 39 40 00. D'autres informations sont également disponibles sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.
     
    Vous souffrez du froid chez vous et vous cherchez de l’aide ? Un numéro de téléphone géré par le service public de la précarité énergétique, le 0 808 800 700 (prix d'un appel local), vous permet d'être conseillé en vue de l’amélioration de votre habitat. Les centres communaux d’action sociale (CCAS) sont également à votre disposition et peuvent vous aider à régler certaines factures.

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires